Archéologie_fig.1.jpg

Démarche

Entre la mémoire et nous-mêmes, il existe un discours consensuel, souvent inconscient, qui dévoile nos modes d'existence et qui contribue à nous démystifier.

 

Alors qu’enfant mon oeil s’exerçait à photographier mon environnement et mettre en mémoire des fragments narratifs de mon cadre d’évolution, aujourd’hui, je tente de comprendre la relation qu’ont ces images entre elles et la corrélation existant entre la mémoire et l’identité.

 

Le lien rattachant le souvenir à l’existence et l'association perpétuelle de la mémoire à des espaces distinctifs. Un facteur qui m’amène précisément à me questionner sur la relation que j’entretiens avec le lieu et le patrimoine dont il est porteur. Comme un héritage, un legs, chaque oeuvre créée a pour objectif de devenir un moteur de transmission et un témoin d’un passé qui nous habite tous.

 

Ma pratique se définie comme une introspection, voir l’étude de stigmates, ayant dans sa mire la complexité de l’identité. Notre rapport avec nous-mêmes, avec les autres et avec le concept du devenir. L’individu, seul et en groupe, modifié par une expérience qui bien souvent subsiste par l’empreinte qui a été laissée. Une quête naissant dans le désir que j’ai de comprendre les rapports entre l’homme, le lieu, l’objet et le temps.

 

Enfin, inscrivant mon travail dans cette démarche globale inspirée de la mémoire et des patrimoine individuel et collectif, je revisite d’anciens métiers et des techniques traditionnelles (estampes, couture, courtepointe…) dans le but d’y approfondir la matérialisation du souvenir. Travaillant essentiellement en art imprimé; le multiple, la temporalité imposée par le médium ainsi que l'influence du geste indirect viennent constamment teinter ma démarche.